La ncessit d’??un glossaire de la coopration internationale en terre d’??Islam

« J’anime depuis de nombreuses annes des ateliers de rflexion, de rdaction de notes de plaidoyer, des dbats dans les colloques lis la gopolitique de l’??humanitaire, etc. et le constat est toujours le mme : un certain nombre de mots cls lis la culture arabo-musulmane ne sont pas assimils ni perus de la mme faon par les participants qui venaient de diffrents horizons professionnels et/ou universitaires. Par ailleurs, les diffrents acteurs de la coopration internationale (ONGs, diplomates, bailleurs de fonds institutionnels, acteurs privs, etc. de plus en plus conscients de la complexit de mener des oprations dans les contextes religieux et gopolitique du monde musulman et se sont rendus compte de la ncessit de mieux apprhender le champ socioculturel pour mener bien leurs missions. »

La grille de lecture du monde musulman est devenue plus fragile et extrmement dlicate depuis les vnements terroristes du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis et les guerres qui les ont suivies, en particulier, en Afghanistan et en Irak. La communication entre l’??Occident et le monde musulman a empir, accentuant encore davantage le fait que chacune des parties considre l’??autre comme un ennemi. Il importe par consquent que les organisations humanitaires en particulier peroivent leur environnement de manire aussi distincte et diffrencie que possible. La gnralisation affaiblissement la comprhension mutuelle et donc la confiance, qui est la base de toute forme d’??action humanitaire.(1)

Pour illustrer mes propos, voici au moins deux termes de langue arabe qui connaissent, une utilisation frquente par les acteurs occidentaux de la coopration internationale et qui mritent, mon sens, une comprhension bien aiguise pour mener bien des programmes d’??aide et de dveloppement sur le terrain :

Charia : La charia, veut dire voie, chemin vers la source , reprsente diverses normes doctrinales, sociales, culturelles, et relationnelles dictes par la Rvlation . Le terme utilis en arabe dans le contexte religieux signifie : chemin pour respecter la loi [de Dieu] . Il est d’??usage de dsigner en Occident la charia par le terme de loi islamique qui est une traduction trs approximative puisque n’??englobant que partiellement le vritable sens du mot (ce terme est d’??ailleurs utilis en lieu et place de droit musulman). La charia codifie la fois les aspects publics et privs de la vie d’??un musulman, ainsi que les interactions socitales(2).

Le Comit international de la Croix-Rouge (CICR) a engag, depuis plusieurs annes, une srie de dialogue et de rencontres fertiles avec les experts du monde arabe et les spcialistes de la loi canonique islamique (charria) des pays musulmans (Afghanistan, Pakistan, Iran, Maroc, etc.) sur les questions de la protection des victimes de la guerre, le traitement des prisonniers de guerre, qui retrouvent une sorte de compatibilit entre le Droit international humanitaire (DIH) et la loi canonique islamique car ces derniers s’??accordent sur le caractre sacr de la vie, de la proprit et de la dignit humaine ainsi que sur la volont de garantir le respect mutuel(3).

Ainsi, Le guide de Mdecins sans frontires (MSF) sur le droit humanitaire, qui a t traduit en arabe et comprend une section sur le droit islamique, prcise au personnel de terrain que les principes humanitaires se fondent sur des principes religieux, qu’??ils soient musulmans, chrtiens, bouddhistes ou autre.

Jihad : Le jihad qui se traduit abusivement par la notion de la guerre sainte est un terme qui signifie effort du musulman dans le combat contre ses mauvais instincts. Sur le plan militaire, il prend une signification de rsistance l’??agression, l’??injustice et l’??exploitation par toutes les voies lgales.(4)

Aujourd’??hui la rgion la plus mortelle au monde depuis 2005 est l’??Asie Centrale et du sud en raison des conflits en Afghanistan, au Pakistan et au Sri Lanka… ? l’??inverse, la deuxime rgion la plus mortelle, l’??Afrique du Nord et le Moyen-Orient, a vu son nombre de morts au combat tripler (de 2000 victimes en 2010 6000 victimes en 2011). Sont en cause le Printemps arabe et les conflits en Libye, en Syrie ou encore au Ymen(5). L’??utilisation de la notion de jihad par des groupes arms dans le monde musulman pour lgitimer des actions sont en totale opposition avec les principes de l’??islam. Ces groupes recrutent non seulement dans le monde arabe mais aussi en Europe, au Canada, en Australie et au Etats-Unis mme auprs des mineurs comme le cas pour le conflit syrien. Le dplacement massif des populations et la violence contre les civils sont les faits les plus marquants lors de ces conflits.

Un nouveau terme trs mdiatis, celui de djihadiste vient pimenter le champ lexical de cette rgion et on le retrouve de plus en plus glisser dans des tudes exploratoires ou dans des analyses diverses.

Mais la question qui reste sans rponse demeure celle de la protection des civils car les groupes djihadistes disposent de tout un ventail de justifications pour les attaques touchant les populations. Certains invoquent une logique de rciprocit : le fait que des armes non musulmanes tuent des civils musulmans leur donne le droit de tuer des civils non musulmans. D’??autres affirment que les civils contribuent l’??effort de guerre en acte, en parole ou en pense . D’??aucuns prtendent qu’??il est parfois impossible de distinguer les civils des combattants(6).

Dans cette logique, d’??autres termes, comme : terrorisme, martyr, fatwa, halal, hijab, zakat, wakf, etc.mritent d’??tre mieux dfinis. La mise en place d’??un glossaire permettra de mieux nuancer leur utilisation par les acteurs de terrain en amont et en aval de programmes en vue de se faire accepter par les populations locales et leurs reprsentants.

En conclusion, les travaux mens par les anthropologues et les spcialistes de sciences humaines ont toute leur lgitimit pour continuer tre prsents dans les missions d’??exploration et d’??valuation. Tout ceci dans un esprit de complmentarit et de regards croiss aideront certainement avoir une comprhension plus fine et permettront d’??enlever les barrires que les acteurs de la coopration internationale ont eux mme cres. Cette dmarche pourra faire voluer la perception de ces acteurs qui seront mieux accepts et protgs par les bnficiaires.

Par DJAMEL MISRAOUI, responsable du dpartement solidarit internationale du monde musulman de Grotius International.

www.grotius.fr/la-necessite-dun-glossaire-de-la-cooperation-internationale-en-terre-dislam/

  1. Andreas Wigger. Revue internationale de la Croix-Rouge. CICR. Slection franaise. 2005.
  2. http://fr.wikipedia.org/wiki/Charia
  3. http://www.redcross.int/FR/mag/magazine2005_1/24-25.html
  4. http://tariqramadan.com/blog/2005/06/03/glossaire-lexiques/
  5. L’??tat de la violence arme dans le monde, publi le 03/04/2014.
  6. Jurisprudence du djihad ‘?? Interprtations militantes des rgles de guerre islamiques. Publi le 30/04/14.

est
Tous les Articles par

Laisser un Commentaire

bad loan credits2nd loan houseloans policyguarnteed auto loanstoday loansodva loansfree loan calchome loan nursesflagstar va loansaussie hoam loansbank loans natwestmultiple payday loan lendersgao loan guaranteesmhdc loan programsunsecured loan